Les tests à choix multiples sont très populaires dans l’enseignement pour diverses raisons : ils sont faciles à noter, offrent une plus grande objectivité et peuvent permettre de couvrir un plus grand nombre de sujets en un seul test. En raison de leur popularité et de leur utilité, les tests à choix multiples ont fait l’objet de nombreuses recherches. La grande majorité de ces recherches ont porté sur des questions liées à l’évaluation (par exemple, la fiabilité, la validité, etc.), et elles ont produit de nombreux conseils pratiques pour les éducateurs sur la meilleure façon de construire et d’utiliser les tests à choix multiples pour évaluer l’apprentissage. Retrouvez plus d’informations ici.

Toutefois, les tests ne se contentent pas d’évaluer l’apprentissage, ils en sont également la cause. En d’autres termes, chaque fois que les élèves récupèrent des informations en mémoire et les utilisent pour répondre à une question de test, ils sont susceptibles de renforcer (c’est-à-dire de mieux retenir) et/ou de modifier la représentation de ces informations en mémoire (c’est-à-dire d’approfondir leur compréhension). De nombreuses études ont examiné les conséquences des tests à choix multiples sur l’apprentissage, et ces recherches ont également produit des conseils pratiques pour les éducateurs. Étant donné que tous les tests à choix multiples provoqueront et évalueront inévitablement l’apprentissage (c’est-à-dire quels que soient les enjeux), il est important d’examiner s’il existe un accord dans les recommandations pratiques sur la manière d’utiliser les tests à choix multiples tirées de ces deux documents de recherche.

La bonne nouvelle est qu’il existe un consensus – voici quelques bonnes pratiques tirées de la littérature d’évaluation avec une brève description des recherches pertinentes tirées de la littérature d’apprentissage qui les étayent :

1. Rendre le test stimulant, mais pas trop difficile

Lorsque l’on utilise un test à choix multiples à des fins d’évaluation, l’objectif est de créer des éléments qui permettent de différencier avec succès les élèves en fonction de leur degré de connaissance de la matière testée. Dans la pratique, cela donne des tests qui mettent les élèves au défi mais leur permettent aussi de réussir lorsqu’ils ont les connaissances requises, ce qui, dans l’idéal, se traduit par une gamme de performances avec une moyenne relativement élevée (par exemple, les professeurs visent souvent une moyenne de 80 %). L’objectif est le même lors de la conception d’un test à choix multiples pour faciliter l’apprentissage des élèves – la performance moyenne doit être relativement élevée pour tous les élèves.

Cette recommandation est basée sur la constatation que les tests à choix multiples peuvent produire des effets positifs et négatifs sur l’apprentissage. Lorsque les élèves réussissent à récupérer et à utiliser leurs connaissances lors du test, ils apprennent ce qu’il faut. Cependant, si les élèves ne réussissent pas à récupérer et à sélectionner une mauvaise option (c’est-à-dire un leurre ou un distracteur), ils peuvent potentiellement apprendre la mauvaise chose. Les recherches montrent qu’à mesure que les performances d’un test à choix multiples s’améliorent, les effets positifs sur l’apprentissage augmentent et les effets négatifs diminuent. Une mise en garde importante est que l’augmentation des performances en rendant le test super facile nuit en fait à l’apprentissage car les élèves n’ont pas à traiter les informations de manière significative. Dans l’ensemble, si un test est trop difficile ou trop facile, il est alors essentiellement inutile tant pour l’apprentissage que pour l’évaluation.

2. Utilisez trois ou quatre choix de réponses plausibles

Dans la recherche sur l’évaluation, la recommandation relative au nombre optimal de choix de réponses est conforme au principe de Boucle d’or (ne pas en utiliser trop ou trop peu), et le nombre exact choisi doit être déterminé par le nombre de réponses incorrectes plausibles que l’on peut produire. Les résultats des recherches sur l’utilisation des tests à choix multiples pour l’apprentissage suggèrent la même chose, mais avec quelques nuances supplémentaires. D’une manière générale, l’augmentation du nombre de choix de réponse accroît la difficulté de l’item, en supposant que toutes les alternatives sont plausibles.

Les recherches montrent que l’utilisation d’un plus grand nombre d’alternatives tend à diminuer les effets positifs et à augmenter les effets négatifs sur l’apprentissage ; cependant, ces mêmes études montrent que si les élèves peuvent surmonter la plus grande difficulté et répondre correctement à l’item, alors ils en profitent en fait plus que s’ils avaient répondu correctement à un item plus facile. Cette tendance se retrouve également dans d’autres moyens d’augmenter la difficulté des questions à choix multiples, comme l’augmentation de la similarité conceptuelle des choix de réponse.

Une autre façon utilisée par les éducateurs pour augmenter la difficulté d’un item est d’inclure un distracteur qui est la bonne réponse à un autre item. Ici aussi, le même schéma se dessine : les élèves peuvent en tirer profit s’ils traitent mais rejettent ces distracteurs parce que cela facilite la réponse à une question ultérieure.

En fin de compte, l’utilisation de trois ou quatre choix de réponses plausibles est une bonne solution pour produire une quantité modérée de difficultés sans en faire trop – et c’est la bonne idée pour l’évaluation et l’apprentissage. Néanmoins, le niveau de difficulté peut devoir être ajusté en fonction de l’étape à laquelle se trouvent les élèves dans le processus d’apprentissage afin de les mettre suffisamment au défi tout en leur permettant de réussir.

3. Évitez d’utiliser les réponses « pas du tout » et « tout ce qui précède » comme choix de réponse

Beaucoup d’éducateurs aiment inclure les réponses « non de l’exemple précédent » et « tout de l’exemple précédent » comme alternatives aux questions à choix multiples, mais le consensus général qui se dégage des recherches sur l’évaluation est que ces choix de réponse doivent être évités car ils réduisent la discrimination de l’item. Les recherches sur l’utilisation des tests à choix multiples pour l’apprentissage font la même recommandation.

D’une manière générale, le fait d’inclure le « non d’en haut » comme alternative tend à nuire à l’apprentissage lorsqu’il s’agit de la bonne réponse et à avoir un effet négligeable s’il s’agit d’un distracteur. Cette conclusion est logique car lorsque le « non d’au-dessus » est correct, les élèves n’ont pas nécessairement besoin de récupérer les informations correctes pour répondre avec succès à la question et ils sont également exposés à de nombreuses informations incorrectes.

En revanche, le « tout d’en haut » peut être bénéfique dans certaines circonstances lorsqu’il s’agit de la bonne solution, mais on ne sait pas très bien dans quelle mesure cette conclusion est généralisable. L’utilisation de la réponse « tout en haut » comme choix de réponse correct a l’avantage de n’exposer l’apprenant qu’à des informations correctes, car toutes les alternatives sont vraies. Cela dit, les questions « tout en haut » ont tendance à être plus faciles que les autres types de questions, qui peuvent être bonnes ou mauvaises selon le niveau de difficulté dont les élèves ont besoin.

Une autre considération concernant l’utilisation des items « non mentionnés ci-dessus » et « tous mentionnés ci-dessus » est la fréquence à laquelle ils sont utilisés dans un test particulier, car cela peut affecter la stratégie utilisée par les étudiants lors du test. Par exemple, s’ils sont rarement utilisés, cela peut indiquer aux élèves qu’ils sont la bonne alternative et les amener à répondre rapidement sans traiter complètement la question et les alternatives. En résumé, il est probablement préférable de s’abstenir d’utiliser les termes « non susmentionné » et « tout susmentionné » comme alternatives – les avantages éventuels pour l’apprentissage sont faibles et ils peuvent être préjudiciables à l’évaluation.

Résumé :

En résumé, les recommandations relatives à la création et à l’utilisation de questions à choix multiples tirées de la littérature d’évaluation sont bien alignées avec les recommandations de la littérature d’apprentissage. Lorsque l’on utilise des tests à choix multiples, l’objectif doit être de mettre les étudiants au défi tout en leur permettant de réussir dans une large mesure.

Lors de la création et de l’évaluation ultérieure des questions, il faut tenir compte du processus de réflexion que les étudiants utiliseront pour arriver à la bonne réponse et s’assurer qu’il est productif pour leur apprentissage. Restez simple – évitez les types d’items inhabituels, le grand nombre d’alternatives, les questions pièges, etc. Enfin, fournissez un retour d’information aux élèves – les effets négatifs des tests à choix multiples peuvent être considérablement réduits (voire éliminés) en demandant aux élèves de donner les bonnes réponses après le test.